Monthly Archives: février 2013

You are browsing the site archives by month.

Out of Eden Walk

Je ne résiste pas à la tentation de partager cette info qui me touche énormément, et cela à plus d’un titre. Au cours des sept prochaines années, l’écrivain Paul Salopek va refaire à pied le parcours migratoire qui a mené l’espèce humaine depuis son berceau en Ethiopie jusqu’au “bout du monde”, en Patagonie. Tout au long du voyage, Paul Salopek délivrera des reportages dans le magazine National Geographic, des dépêches sur le site www.outofedenwalk.com et divers articles dans la presse. Un “slow journalisme” qui se présente comme une nouvelle façon de raconter des histoires, un laboratoire interactif qui sera amené à changer et à évoluer à mesure que le projet avance. www.outofedenwalk.com

L’innovation découle de l’économie de moyens. Dans les métiers de la communication aussi.

A moins de disposer d’un budget fort généreux, nous sommes dans notre métier confrontés à une question de plus en plus courante : comment mettre en place une politique de communication avec des moyens financiers réduits ? Cette question paraît fort banale. Elle est pourtant fondamentale et ses implications vont au-delà du seul champ de la communication.
Il y a trois manières d’y répondre.
La première réponse est la plus fréquente : elle consiste à mettre la pression sur les coûts. On cherche le fournisseur le moins cher. On réduit la qualité ou la « créativité ». Ou on se rabat sur des solutions préformatées.
La deuxième est celle après laquelle tout le monde court : elle s’attache à changer les modes de communication. On prétend pallier le manque de moyens par une nouvelle manière de communiquer, un nouveau style voire même un nouveau support « révolutionnaire »*.
La troisième réponse est la moins courante : elle consiste, pour le marketer ou le responsable communication, à changer sa manière de « consommer » la communication. Ce qu’on pourrait résumer par l’aphorisme « consommer moins pour consommer mieux ».
Cette troisième voie présente les avantages des deux premières (impact budgétaire réduit, impératif créatif) sans les inconvénients (qualité rabotée, illusion incantatoire du « nouveau »). C’est en revanche une véritable remise en cause du métier de « communiquant ». Et comme toute remise en cause, elle bouscule les habitudes et les modèles de rentabilité.
Commençons donc par le début en changeant les termes de la question : pourquoi un budget réduit serait-il un problème ? La réponse est dans la question : parce qu’on part du principe que pour communiquer, il faut nécessairement rentrer dans un schéma donné. Il faut un concept « choc », un visuel « waouw », des médias « innovant », des supports qui font le « buzz », un design qui « en jette »…
Je pourrais citer des dizaines d’exemples d’histoires malheureuses provoquées par ces idées toutes faites de ce que devrait être une « bonne » communication : le concept « hyper-génial » dont le principal résultat est de cannibaliser la majeure partie du budget annuel ; le spot télé qu’il faut « faire à tout prix » et qui, faute de moyen, vire à la caricature ; la page Facebook qu’on ouvre « parce que Facebook c’est l’avenir » et qui tourne au fiasco (souvenez-vous de Second Life et de la déconfiture de son marketing virtuel… c’était en 2003 déjà), etc.
Et pourtant, pour peu qu’on sorte de ce schéma (qu’on pourrait appeler la « dictature du waouw » et qui mériterait un billet à lui seul), pour peu qu’on sorte de cette représentation donc, on s’aperçoit qu’il existe une foule de moyens alternatifs de communiquer, peu chers et efficaces. Ce sont souvent de petites actions qui coordonnées avec intelligence et déployées de manière professionnelle, permettent de faire de « vrais » plans de communication avec de « petits » moyens.
Pour le communiquant ou le marketer, il s’agit donc d’un déplacement de l’effort créatif. Plutôt que de tirer toujours sur les mêmes ficelles, il va devoir imaginer une stratégie avec ce qu’il a « sous la main », trouver les moyens de faire passer un contenu plutôt que d’imposer un contenant et concevoir des outils qui privilégient l’autonomie du client en altérant au minimum ses ressources.
L’innovation découle alors de l’économie de moyens, un peu comme ces prototypes amenés à parcourir un maximum de kilomètres avec un seul litre de carburant.
Une fois cette disposition d’esprit adoptée, la « contrainte du budget réduit » n’est plus un problème : c’est une opportunité. Une opportunité de sortir des sentiers battus, d’abandonner les schémas préconçus et de se concentrer sur ce qui est essentiel. Le mètre étalon devient la pertinence et non plus l’impertinence, ce qui pour le coup est vraiment original. Tiens, donc ! ne touche-t-on pas là au Graal de tout bon communiquant?

(PAUSE met cette approche en oeuvre, notamment pour la réalisation de campagnes de communication : en savoir plus…)

The Decelerator Helmet – A slow motion for Real Life

Voici un projet très intéressant mené par un professeur génial (ou savant fou?) de l’université de Brême : le casque décélérateur. Une expérience qui offre une perception du monde au ralenti. De quoi réfléchir à un autre concept – celui du temps long. Et une très belle invitation à penser plus loin que le bout de son nez, voire même à oser le « long terme » dans un monde de plus en plus soumis à la tyrannie de l’immédiateté.

Regardez bien cette maison…

architecture-individualiste

Regardez bien cette maison. De prime abord, son architecture semble mériter une certaine forme de contemplation. Elle est le fruit d’un exercice de style très habile. Il est vrai que lorsque l’on maîtrise les techniques, le dessin et que l’on est animé par la tentation du possible, on obtient des choses étonnantes et parfois désirables. Mais réexaminons cette maison sous un autre point de vue. Il s’en dégage un sentiment de malaise. Ce qui se révèle devient à ce point dérangeant que ce très bel exercice de style super-design devient le symbole de l’hyper-égotisme. Cette bâtisse n’a été conçue que pour elle-même et ses propriétaires, sans se préoccuper du reste. A bien y réfléchir, on a du mal à imaginer un rapport de solidarité et de cohésion avec la vie qui entoure ce projet. Le voisinage n’a pas droit de cité ! Heureusement, il ne s’agit que d’une tendance parmi d’autres. Nombreux sont également les architectes, ou designers, qui pensent plus loin les implications de leur métier.

El delirio final de los últimos románticos

resentida

« Tratando de hacer una obra que cambie el mundo. El delirio final de los últimos románticos. » Mise en scène de Marco Layera / La Re-sentida-Chili. Une pièce pleine d’ironie à la mise en scène extravagante et aux décors très graphiques. Si vous entendez que La Re-sentida passe pas loin de chez vous, ne manquez pas ce moment extrêmement rafraîchissant pour les neurones. http://laresentidateatro.blogspot.be

Design ou do it yourself?

table-travail-pause-2

table-travail-pause-1

Qu’on l’aime bien notre table faite maison! Notre volonté n’est pas d’afficher un « do it your self » envers et contre tout, mais faut reconnaître que quand on peut se le permettre, concevoir et réaliser son propre « design » est très gratifiant. Une manière comme une autre de ne pas trop s’aliéner, de rester en possession de se facultés. C’est un peu comme cuisiner soi-même… C’est de l’éducation par le faire, et c’est encore aujourd’hui à portée de mains. Bref, des semences paysannes qu’il ne faudrait pas se voir confisquer par…

Let’s Talk About Soil

Une vidéo interpellante sur un sujet brûlant : la préservation du sol.

Oh non! encore ce rapport annuel…

creation-mise-en-page-redaction-rapport-annuel

Voici venu le temps où les entreprises et les organismes publics commencent à penser à leur rapport annuel. Un support  souvent considéré comme une simple “vitrine” ou, pire, comme une obligation pesante. J’ai pour ma part toujours pensé que le rapport annuel est une formidable opportunité de communication interne. Chez PAUSE, on en a donc développé une vision assez particulière que vous pouvez découvrir ici.